mer 05/04/2017 - 12:08
Communauté Ingénieurs Formation
12 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Julie Barbier
Hors ligne
A rejoint: 09/05/2013 - 17:43
Quels usages du rapid learning ?

Le concept de "rapid learning" est apparu récemment, il promet aux organisations une conception plus rapide, sans même forcément passer par des concepteurs multimédia. 

Utilisez vous le rapid-learning et à quels fins ?

Je souhaite dresser un panorama de l'utilisation possible et du retour sur l'efficacité des contenus créés en rapid learning, je cherche à ce titre des professionnels ayant déjà été confronté à ces problématiques.

Pierre Tcherkawsky
Hors ligne
A rejoint: 03/17/2013 - 15:10

Bonjour Julie,

J'ai longtemps piloté une "'usine" de production de contenus e-learning et à ce titre j'ai vécu (en tant que prestataire) la naissance du rapid-learning, dès le début des années 2000.

Le rapid-learning est apparu comme une tentative de réponse à un double problème :

  • le délai de production d'un module e-learning (souvent supérieur à 3 mois) rend parfois difficile la promesse d'une formation en juste-à-temps,
  • un module e-learning coûte cher à produire (20 à 25 K€ pour environ 1 heure de formation) et à maintenir.

Il s'agissait de tirer parti de la possibilité d'enrichir "rapidement" une présentation PowerPoint en un module multimédia comportant de la voix-off et des quiz. Un des premiers logiciels qui permettait de le faire était sans doute Macromedia Breeze Presenter, devenu aujourd'hui Adobe Presenter.

En théorie, le concept du rapid-learning est qu'un expert du sujet est capable, grâce à un tel outil et à sa maîtrise initiale de PowerPoint, de produire lui-même un module "rapide", et ainsi d'éviter les délais et les coûts du processus habituel de production e-learning (collecte de la matière, rédaction d'un story-board, validation, réalisation multimédia, recette...).

Dans la pratique, il s'avère que les experts du sujet réunissent assez rarement une triple expertise, celle du sujet d'abord, de la conception pédagogique ensuite, de la scénarisation et de la réalisation multimédia (même simplifiée) enfin.  De plus, ils ont rarement le temps, car ce qui peut sembler rapide ne l'est pas tant que ça : en supposant que la charge du projet soit réduite des 2/3, cela représente quand même une dizaine de jours à consacrer pour un module d'une heure. Et si l'expert du sujet est véritablement un expert, il y a fort à parier qu'il est déjà très sollicité et qu'il n'a pas 10 jours libres devant lui.

Donc souvent la production d'un module "rapid-learning" est confiée en définitive à une équipe spécialisée qui va simplifier la conception du module pour en réduire le coût de réalisation : un cheminement linéaire, des interactions simples, peu d'animation...

Le rapid-learning est plutôt utilisé pour la production de module à faible durée de vie, pour lesquels on ne peut pas investir trop lourdement, et/ou dans les cas où la réalisation est urgente. Typiquement, la formation des vendeurs à l'évolution d'une offre de produits ou de services.

En attendant l'apport des membres de notre communauté, quelques lectures intéressantes ici .

Bon courage, je serai intéressé de lire bientôt une synthèse de votre étude dans nos colonnes !

Claudine MARIE
Hors ligne
A rejoint: 01/29/2014 - 16:21

Bonjour,

Pour revenir sur la question de l'utilisation du rapid learning, je pense qu'il est intéressant d'y avoir recours dans les cas suivants :

- mise à jour urgente et récurrente de connaissances : par exemple gamme de produits qui se renouvelle

- public déjà expert dans le domaine et en capacité de prendre les infos qui lui sont nécessaires en toute autonomie

 

Le rapid learning a souvent l'avantage d'être à disposition rapidement, à moindre coût et pour une durée de vie courte.

Il est aussi avantageux pour l'apprenant qui a le choix du lieu et du moment où il le consulte.

 

 

Julie Barbier
Hors ligne
A rejoint: 09/05/2013 - 17:43

Merci Pierre pour cet avis précieux,

le concept étant assez récent il est difficile d'avoir des avis experts sur le sujet voilà pourquoi je fais appel à la communauté ingefor aptilink qui pourrait peut-être me conter plus d'expériences à ce sujet.

Merci aussi à vous Claudine, pouvez-vous développer votre point de vue, je suis intéressée de savoir pourquoi vous assignez le rapid learning à ces 2 utilisations (des expériences ... etc. ) ?

 

Claudine MARIE
Hors ligne
A rejoint: 01/29/2014 - 16:21

Bonjour Julie :-)

En fait, pour moi le rapid learning ne permet que la transmission d'informations de manière unilatérale sans

tutoral. Voilà pourquoi je pense que cette modalité ne peut être efficace qu'auprès d'un public averti qui a nécessité de disposer de l'info et qui est en capacité de compléter ses connaissances et de s'approprier de façon autonome de nouveaux éléments. Je pense par exemple à des commerciaux qui ont besoin pour vendre de toujours être informés des nouveaux produits.

Si je raisonne sur l'exemple des commerciaux (mais ce n'est qu'un exemple) j'ajouterai que consacrer une journée en présentiel ou un module e-learning qui porterait sur les produits courrier (de manière exhaustive) serait une perte de temps en même temps qu'une perte d'argent puisqu' ils n'ont besoin que de connaître les nouveautés en lien avec leur domaine d'activité :

1. ils "subiront" la plus grande partie d'une journée en présentiel

2. ils dans un module e-learning complet ils iront à l'essentiel.

Dans les deux cas on perd le prix d'une formation inadaptée et dans le cas du présentiel, on perd une journée de production pour peu en retour.

J'espère que mon propos est clair.

 

 

Julie Barbier
Hors ligne
A rejoint: 09/05/2013 - 17:43

Dans ce cas, intégreriez-vous des séquences de rapid learning dans un dispositif de formation visant à une formation longue et diplômante, c'est-à-dire avec des compléments (tutorat notamment via des classes virtuelles, exercices ...) ? Si oui ou si non pourquoi ?

Claudine MARIE
Hors ligne
A rejoint: 01/29/2014 - 16:21

Bonjour Julie,

Personnellement, mais peut-être ai-je tort, je n'utiliserais le rapid learning que pour permettre à un public averti de mettre à jour ses connaissances.

Dans le cadre d'un parcours long, j'utilise des modules qui permettent aux apprenants de s'approprier ou de se ré-approprier des savoirs conceptuels qu'ils utiliseront au cours de mises en pratiques en présentiel ou sur le terrain. Ou du moins, ces savoirs doivent faciliter l'analyse qu'ils feront de leurs mises en pratiques ou de leurs expériences (pour info je travaille essentiellement sur du management).

Je ne sais pas si j'ai vraiment répondu à votre question Julie. Je ne prétends pas détenir la réponse et ne fais que partager mon expérience. J'espère vous avoir été utile.

Pierre Tcherkawsky
Hors ligne
A rejoint: 03/17/2013 - 15:10

Bonjour Julie et Claudine,

J'ai l'impression qu'il serait utile de confronter nos définitions du concept de rapid learning. Le rapid learning n'est pas selon moi une méthode pédagogique mais une méthode de production des contenus.

Dans cette approche, le rapid learning est un module de e-learning qui est "fait rapidement", à la fois en terme de délai de réalisation et de charge de travail. D'où l'idée que je rappelais au début de notre discussion de concentrer la conception-réalisation du module sur 1 ou 2 personnes (un expert du sujet éventuellement assisté d'un réalisateur multimédia) grâce à l'utilisation d'outils techniques simples, a priori des add-in de PowerPoint (un onglet supplémentaire apparaît dans le logiciel PowerPoint et permet de synchroniser la voix-off, importer une animation ou de la vidéo, faire un quiz, et exporter le tout en

). Il s'agit aussi de condenser le procesuss assez lourd en général de création d'un module e-learning : définition des objectifs pédagogiques, collecte de la matière, élaboration puis validation de la conception générale, réalisation puis validation d'un prototype, rédaction puis validation du story-board, réalisation des médias, développement des écrans et intégration des médias, tests, recette pédagogique...

Si par rapid learning on entend bien utiliser un outil et une méthode de création rapide, alors le résultat est évidemment moins sophistiqué qu'un module e-learning plus élaboré. C'est pourquoi les modules de rapid learning sont plutôt envisagés pour des modules ... rapidement périssables.

Mais rien n'empêche pour autant d'utiliser des modules de rapid learning dans un parcours de formation long, tutoré,

..., dans un , etc. 

Il faut aussi distinguer rapid learning et micro learning. Le micro learning signifie des séquences de formation dont la durée est très courte, quelques minutes. Que l'on peut techniquement produire selon différents processus et outils (rapides ou pas du tout rapides) et intégrer à nouveau dans différents format de parcours de formation.

Mias vous ne partagez peut-être pas ces définitions ? Au plaisir de poursuivre cette discussion !

 

Julie Barbier
Hors ligne
A rejoint: 09/05/2013 - 17:43

Très intéressant en effet cette idée de repartir de la définition du rapid learning Pierre,

j'entends le rapid-learning effectivement comme un moyen de produire des contenus e-learning plus "rapidement" cependant comme vous l'avez souligné il me semble que le fait de passer toutes les étapes de l'élaboration d'un projet e-learning "classique" impacte forcément sur la méthode pédagogique employée. C'est peut-être là que j'ai fait le lien un peu vite !

En outre, selon moi le rapid-learning (du moins tel que je le côtoie aujourd'hui avec les outils auteurs E-doceo) n'intègre pas de possibilité d'intégrer des moyens d'interaction avec l'apprenant (pas de quizz ou autre) et donc ne permet que de faire passer le contenus dans un sens (formateur -> aprenant) ce qui rend le module purement transmissif. Cela rejoint d'ailleurs ce que dit Claudine dans le sens où, si j'ai bien compris, elle conçoit les formations "classiques" de manière à ce que les apprenants soient acteurs de leur formation au lieu de se retrouver spectateurs d'où la différence avec un module conçu via des outils de rapid-learning.

Pour en revenir à la distinction rapid-learning/micro-learning, je vais encore une fois rapprocher le rapid-learning de ce que je connaît (le TvLearn d'edoceo, et c'est peut-être là qu'apparaît le biais), mais les productions en rapid-learning dans le cas précis s'apparente à des vidéos, or nous savons que le temps de concentration sur les vidéos est réduit d'où le rapprochement.

Donc rien n'empêche probablement d'utiliser des modules produits en rapid-learning dans un dispositif de formation global mais 

1) ces séquences ne doivent pas être la seule source de connaissance : il me semble indispensable de créer de l'interaction avec les apprenants, à plus forte raison dans un processus long où l'abandon est fréquent.

2) à condition de ne pas occulter l'aspect pédagogique : il ne faut pas oublier que si on zappe les étapes nécessaires à l'élaboration d'un module e-learning on néglige peut-être la définition des objectifs, la scénarisation, les médias utilisés, les tests ... et de ce fait on risque peut-être de passer à côté de l'essentiel : la pédagogie qui est censée être au centre d'une formation.

Qu'en pensez-vous ?

Pierre Tcherkawsky
Hors ligne
A rejoint: 03/17/2013 - 15:10

Eh bien Julie, j'en reste à ma définition du rapid-learning, à savoir du learning rapide non pas pour l'apprenant mais pour le créateur du module. Essentiellement grâce à 2 facteurs : simplification à l'extrème de la scénarisation et de la réalisation multimédia, équipe de projet réduite si possible à 1 seule personne, l'expert du sujet, ou à 2 personnes, l'expert du sujet et un concepteur-réalisateur. Ceci étant rendu possible par exemple par des outils très simples d'enrichissement de slides PowerPoint, y compris avec des quiz (très facile de créer une question - cf par exemple Articulate Presenter). Donc rapid-learning ne veut pas dire absence d'interactivité. Mais évidemment, avec un moindre investissement, on obtient un "rendu" moins qualitatif, ce qui ne veut pas dire pour autant une moindre efficacité du module.

Julie Barbier
Hors ligne
A rejoint: 09/05/2013 - 17:43

Effectivement et en cela on semble d'accord, mais dans les faits, comment cela se passe-t-il ?

nomi sanchez
Hors ligne
A rejoint: 05/25/2014 - 11:31

Bonjour Julie,

Je vous parle de mon expérience de débutante. J'ai utilisé le RL pour une formation courte de 30min. Après avoir téléchargé Speechi (enrichisseur) le ppt a été converti en flash, ce qui rend la présentation assez dynamique -néaumoins je dois avouer que même si cela ne demande pas de connaissances appronfondies, ce n'est pas non plus très simple, j'ai mis environ 3h pour avoir la présentation finale.   A l'heure de dispenser la formation on a eu une difficulté avec le réseau internet et impossible de l'utiliser, finalement j'ai dû me contenter de passer le powerpoint.

Bon courage,

Nora