sam 18/03/2017 - 08:55
Communauté Ingénieurs Formation
4 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Patrick BICAN
Hors ligne
A rejoint: 11/28/2013 - 09:46
Animer et développer une communauté d'apprenants

Je viens de recevoir ma feuille de route pour 2014 et son thème est : animer et développer notre communauté d'apprenants... Vaste sujet, d'autant plus que dans notre groupe ( 24 000 collaborateurs, plus de trois cents métiers différents...), nous n'en sommes qu'aux balbutiements...Vous qui avez du recul sur ce type de missions, quels sont les conseils que vous pourriez me prodiguer ?

Merci pour votre aide et votre collaboration !

Patrick

Pierre Tcherkawsky
Hors ligne
A rejoint: 03/17/2013 - 15:10

24.000 collaborateurs et 300 métiers, cela représente un vaste chantier en effet ! Et potentiellement de nombreuses communautés.

Il y a parmi nous des représentants d'un très grand groupe qui a mis à disposition de ses collaborateurs un logiciel permettant de constituer des communautés et a "poussé le bouchon" très loin en laissant les communautés se constituer librement. C'est une approche très intéressante, qui j'espère sera commentée dans cette discussion (l'une des communautés les plus actives serait ainsi celle rassemblant les passionnés de pêche à la mouche :-)).

Dans une approche plus fortement liée aux objectifs "business" de l'entreprise, le premier conseil sans doute est de commencer par un pilote portant sur la création de 2 ou 3 communautés. Il s'agit de choisir soigneusement les domaines concernés pour maximiser les chances de succès et servir ensuite d'effet d'entrainement. Parmi les critères de choix, on peut citer :

  • l'existence d'un besoin opérationnel, avéré (population dispersée, rencontrant des difficultés à trouver les connaissances dont ses membres ont besoin et/ou dont ses membres ont un besoin de partage et de collaboration...); citons à titre d'exemple le cas de techniciens évoluant sur le terrain et éprouvant le besoin partager les problèmes rencontrés et les solutions apportées; si la communauté se contente de rassembler des membres ayant un profil commun, le risque est qu'ils ne considèrent pas la communauté comme un usage efficace de leur temps : ils perçoivent le potentiel de rejoindre leurs collègues dans ce type de discussions virtuelles mais ils ont un problème de temps, de priorités; ce problème se cumule avec le fait que les discussions sont alors de nature trop générale; il s'agit donc de lier le plus possible la comlmunauté avec les processus de travail et les bénéfices directs que les membres peuvent en retirer pour leur traavil;
  • en conséquence, vous êtes en mesure de définir clairement le but et les objectifs du projet;
  • l'environnement est favorable (ce besoin opérationnel est reconnu par le management du domaine concerné; le management soutient le projet et ne craint pas le décloisennement ou la remise en cause de hiérarchies; existence de "champions" et de SME prêts à s'impliquer; le projet a un esprit "collectif"...).

 

Inversement, ce serait une erreur de considérer qu'une communauté est un sparadrap qui peut réparer un défaut de management ou de l'organisation.

Ensuite, il s'agira de concevoir en détail le dispositif :

  • quels services et fonctionnalités proposer aux membres de la communauté en réponse à leurs besoins ?
  • comment intégrer la communauté aux processus existants de manière à ce que son utilisation soit naturelle ?
  • comment "manager" ce nouveau dispositif (reconnaître et valoriser les meilleurs contributeurs, définir les indicateurs de performance qui seront suivis pour mesurer le succès de la communauté...) ?
  • quelle organisation, charte, procédure, équipe, budget... pour faire vivre la communauté et assurer son succès ?

 

La conception étant effectuée, "il n'y a plus qu'à" choisir l'outil et le paramétrer, constituer et former les structures d'animation et de gestion de la communauté, préparer le lancement (différentes tactiques à envisager selon les cas de figure !). 

Enfin, je ne terminerai pas ces quelques remarques sans mentionner à nouveau mon credo : une communauté de pratique est la porte d'entrée idéale d'un véritable écosystème de formation (le fameux "learnscape" cher à Jay Cross), réconciliant apprentissage informel et formation structurée. En fonction de ses besoins et de ses souhaits, le membre de la communauté effectuera une recherche, interrogera ses pairs en fonction de leurs expertises particulières, consultera un grain de formation et/ou s'inscrira à un parcours plus complet et structuré. Ce qui peut conduire à repenser son Learning Management System, à l'organiser lui aussi par domaine et faire en sorte que le logiciel qui accueille une communauté soit en frontal du

et comporte un certain degré d'intégration avec le .

Olivier Guihard
Hors ligne
A rejoint: 06/26/2013 - 09:50

Je suis en phase avec Pierre. A la lumière de l'expérience d'un grand groupe "pousseur de bouchon", je complèterais en soulignant qu'il faut aussi bien analyser les pratiques existantes: qui partage quoi? pourquoi? Car les collaborateurs n'ont pas attendu l'entreprise pour échanger entre eux des solutions à des problèmatiques,mais c'est souvent opportuniste et localisé. Les outils permettent aujourd'hui d'élargir le champ du possible en terme géographique, en permettant de créer des communautés à l'échelle de l'entreprise, voire d'un groupe: mais si personne n'a envie d'échanger, il ne se passera pas grand chose. Bien connaitre les mécanismes qui poussent à partager, dans la culture de l'entreprise, est un facteur de succès.

Faire des pilotes est essentiel, ne serait que pour apporter des preuves tirées de l'expérience. De même qu'il ne faut pas se tromper dans le choix de l'outil: son ergonomie est clé dans la réussite. Plus simple il sera, plus on aura de chance qu'il soit utilisé!

Emmanuel Bellen...
Hors ligne
A rejoint: 03/17/2013 - 14:57

Laurence Delord (Responsable Pôle Innovation et Développement à l'UIMM et experte de la communauté)  présentera comment les communautés de pratiques ont été mises en place à l'UIMM lors du séminaire des membres de la communauté Ingefor le 11 février. 

http://ingefor.aptilink.com/evenement/seminaire-ingefor-rencontrons-nous

C'est l'occasion de poursuivre cet échange de vive voix.