jeu 16/03/2017 - 00:17
Communauté Ingénieurs Formation
10 contributions / 0 nouveau(x)
Dernière contribution
Jacques Rodet
Hors ligne
A rejoint: 03/20/2013 - 08:19
Le tutorat à distance

Vous vous intéressez et/ou vous posez des questions sur le

... J'essayerai de vous apporter des réponses.

Pour commencer, je vous invite à regarder cette carte mentale récapitulant les représentations sur le

d'un de mes groupes d'apprenants. http://mind42.com/mindmap/4b471d31-f95f-4388-be9a-8876549eebea?rel=url

Au plaisir d'échanger !

Jacques

Rubriques: 
Mots-clés: 
Samuëlle Dilé
Hors ligne
A rejoint: 03/17/2013 - 17:58

Bonjour Jacques,

Merci pour ta contribution. Cette carte mentale donne une vision panoramique intéressante. Par hasard, as-tu une ou plusieurs représentations graphique de l'impact du tutorat sur les dimensions de l'apprentissage (par ex : évolution du triangle de Houssaye) mettant en exergue la répartition Enseigner/Former/Guider ? 

A très bientôt sur le sujet,

Samuëlle

Jacques Rodet
Hors ligne
A rejoint: 03/20/2013 - 08:19

Un billet de Jean Vanderspelden paru sur le Blog de t@d traite de cette question : "Géométrie e-tutorat &

" http://blogdetad.blogspot.fr/2011/01/geometrie-e-tutorat-foad-par-jean.html

Samuëlle Dilé
Hors ligne
A rejoint: 03/17/2013 - 17:58

Merci Jacques pour cette référence de qualité.

A propos du tutorat, je m'interroge sur :

  • Quelle est la dynamique de co-construction qui émerge d'une action de tutorat d'expertise ?   Les ressources pédagogiques produites lors d'actions tutorales sont elles réintroduites dans les parcours et ainsi, être capitalisées par les autres, ou,  la stratégie plus souvent observées est-elle de type "pompier" à savoir : remédiation unique vers l'apprenant  qui demande ? Quelles sont les pratiques en la matière ? 
  • Quels sont les usages des réseaux sociaux en matière de tutorat ? 

Merci de ton éclairage sur ce point....

Jacques Rodet
Hors ligne
A rejoint: 03/20/2013 - 08:19

Samuëlle,

Il est bien difficile de répondre de manière générique à tes questions. A la première, cela dépend de l'approche pédagogique retenue. Il est certain que dans une démarche traditionnelle basée sur la transmission, le tutorat est essentiellement d'ordre cognitif et peut s'apparenter à l'image du pompier que tu utilises. Lorsque des pédagogies plus actives sont privilégiées, la production des apprenants est souvent l'occasion de nouvelles médiations entre apprenants et avec les tuteurs.

Il n'y a pas d'usages tutoraux spécifiques liés aux réseaux sociaux. Toutefois, un des objectifs du tutorat étant de réduire l'isolement des apprenants en faisant circuler des signes de présence, les réseaux sociaux sont tout à fait éligibles pour supporter ces interventions. Pour ma part, j'en utilise régulièrement. De même, les communautés Google + avec les hangouts sont bien adaptées pour faire du tutorat synchrone.

En matière de

, le choix d'un outil dépend de nombreux paramètres mais le plus important est l'accessibilité matérielle et fonctionnelle dont disposent les apprenants et les tuteurs.

Jacques Rodet
Hors ligne
A rejoint: 03/20/2013 - 08:19

Je me note de prévoir un article sur les critères de choix des médias pour supporter les interactions à distance ;-)

Khalid NAASS
Hors ligne
A rejoint: 11/12/2013 - 20:15

Je pense sérieusement que le

manque d'é"motion necessaire à tout acte d'enseignement/apprentissage. Je suis pour le -learning (moitié en présentiel et moitié à distance) pour ne pas perdre le contact humain et devenir plutôt des automates et des esclaves de la machine.

Patrick BICAN
Hors ligne
A rejoint: 11/28/2013 - 09:46

Bonjour,

Si vous me l'autorisez, je m'insère dans vos échanges. Pour mieux vous aider à comprendre ma position, je m'occupe de formation dans l'industrie du médicament, depuis la synthèse du principe actif (chimie organique multi stade ou biotech) jusqu'à la mise sous forme pharmaceutique.

Quand on évoque le tutorat à distance, ne tombe-t-on pas dans l'excès de TOUT passer en distanciel ?  le nouvel arrivant, qui doit maîtriser un processus complexe, à fort risque HSE et fort enjeu qualité, ne peut guère apprendre tout seul devant son poste de travail: la présence rassurante du tuteur (autorisation/protection)  me paraît indispensable pour avoir la disponibilité intellectuelle nécessaire à l'acquisition de ces processus complexes.

Même si énormément de choses sont procédurées, écrites ( feuilles de travail, fiches de sécurité, modes opératoires, conduites à tenir en situation dégradée, etc...), le tuteur apporte extemporanément des éléments non tracés de compréhension, de faits historiques ( je me rappelle il y a trois ans, quand on a fait cette synthèse, il nous est arrivé...), des éléments sensorielles ( touche c'est chaud, fait attention, la vanne boule est dure à tourner..), des questionnements, des liens avec les connaissances théoriques, qui favorise le travail de la mémoire procédurale et donc l'acquisition de l'autonomie du tutoré. Il y a aussi dans ce travail de binôme, un nombre important d'éléments de connaissance qui est acquis quasi inconsciemment par l'apprenant par modélisation du comportement du tuteur.

Enfin pour faire savant, Mouvement, emotion et motivation dérivent tous trois de motif,  du latin motum, supin de movere .Motif est proprement un adjectif qui dans l'ancienne langue et dans les autres langues romanes signifie : qui a la propriété de mouvoir. De là, transformé en substantif, il a pris le sens de cause d'action. L'émotion est source d'action: je me rapproche en cela de l'intervention de Khalid.

Bien à vous

Patrick 

Jacques Rodet
Hors ligne
A rejoint: 03/20/2013 - 08:19

Bonjour Patrick,

Non seulement, vous êtes autorisé mais c'est avec plaisir que je vous lis.

Le

n'impose pas le tout distanciel, il se veut une manière de rendre la plus humaine. Il n'y a pas de mixte formation idéale mais des scénarios adaptés ou non à des publics, des contraintes, des intentions pédagogiques... Dès lors, le tutorat est lui-même multiforme.

L'émotion à distance est autre mais tout à fait réelle, cf.cet article "Emotion, cognition et formation à distance" d'Umbriaco et Gosselin http://cqfd.teluq.uquebec.ca/distances/D5_1_g.pdf

Cordialement,

Jacques

Olivier Ossete
Hors ligne
A rejoint: 02/17/2014 - 09:43

 

Sans vouloir être redondant sur ce qui a déja été noté, je voudrais apporter mes connaissances acquises de par mon expérience sur le sujet.L’apprentissage collaboratif à distance est un modèle pédagogique centré sur l’apprenant, s’inspirant des idées constructivistes, et visant à favoriser les situations d’échanges et les interactions pédagogiques à distance.Cette dynamique semble tourner uniquement autour des apprenants et des communications médiatisées par ordinateur (CMO). Mais si un tel dispositif de formation à distance existe quelle est l'importance d'une fonction de médiation humaine? Quel est le rôle d'un tuteur en ligne?C’est lui qui est chargé de faire fonctionner les interactions, c’est en lui que se personnifie les liens entre l’institution et les apprenants, entre les enseignants et les apprenants, entre les apprenants et les savoirs, et c’est par son biais que les échanges se réalisent entre apprenants.

Le tuteur est une personne qui suit, assiste, conseille particulièrement un stagiaire ou un groupe de stagiaires pour atteindre un objectif d’apprentissage »

Des chercheurs soulignent la complexité du rôle du tuteur en ligne. Il est à la fois :

-          un facilitateur encourageant l’expression des participants-          un modérateur synthétisant, structurant les contenus-          un gérant des échanges médiatisés entre les participants-          un expert qui transmet des savoirs en proposant une manière de faire

Par ailleurs, il joue le rôle fondamental de la construction du lien social(sentiment d’appartenance, engagement envers le groupe et la tâche) au sein d’une communauté virtuelle d’apprenants

Noublions pas que de nombreuses études dans le domaine de la formation à distance soulignent le problème de l’abandon des stagiaires. Plusieurs facteurs sont identifiés pour expliquer ce problème : le temps, l’isolement, l’autonomie des apprenants, l’

et l’importance du lien social (Glickman, 2002).Pour Glickman (2002), le lien social se fonde sur le sentiment d’appartenance à une communauté, et c’est un élément essentiel contribuant à briser l’isolement du stagiaire.